Un samedi dans le XIXe : direction le 104

Je n’avais pas grand chose (pour ne pas dire rien) de prévu samedi, il ne pleuvait pas, j’avais envie de me balader, hors de mon quartier très animé et très central. J’ai choisi le XIXe. Mais au fond, j’avais déjà quelque chose en tête, un petit programme qui se planquait dans un coin de mon cerveau et qui ne demandait qu’à s’exprimer. J’ai cédé de bon cœur. Je l’ai suivi.

Casse croute était OK pour me suivre à condition que l’on teste cette épicerie dans le XIe (pas vraiment la route) qui fait « les meilleurs sandwiches de Paris » : l’épicerie le Verre Volé qui se fait apparemment livrer la mozzarella directement de Naples tous les mardis matin… Pas très très écolo tout ça ! Bref je cède (encore), et on file Rue de la Folie-Méricourt acheter les fameux sandwiches avant de se remettre en route vers le XIXe. Un stop au soleil sur un banc, face au canal de l’Ourcq, pour déguster notre repas. Un régal (enfin surtout le mieux, à la Mozza de Naples… Trop bon). Je ne sais pas si ce sont les meilleurs de Paris, mais ils valent réellement le détour.

Le ventre bien rempli, on prend la direction du Bric à Brac d’Emmaüs, 40 rue Riquet. L’entrepôt est organisé comme un appartement, les objets mis en scène, mis en valeur, le personnel (en contrat d’insertion) très présent pour vous renseigner, pour réceptionner les objets, les meubles. J’ai beaucoup aimé l’endroit, le travail effectué ici est impressionnant. On a envie d’acheter, on s’y sent bien. Du vrai marketing de la part d’Emmaüs.

On décide ne pas s’arrêter en si bon chemin, on pousse donc jusqu’à la rue d’Aubervilliers pour découvrir le 2e entrepôt Emmaüs dans l’enceinte de l’espace du 104. L’endroit est coquet mais m’a moins séduit. Heureusement, il y a d’autres choses à voir au 104 : Le labyrinthe en carton souple de Michelangelo Pistoletto, l’impressionnant lustre de Joana Vasconcelos banni du Château de Versailles, les danseurs de Hip Hop… On flâne, on observe et on a envie d’une pause. On aurait pu opter pour les transats mis à disposition après avoir commander une pizza auprès du camion stationné dans le grand hall. Mais finalement direction le café caché. Pelouse synthétique, mobilier vintage dépareillé, terrasse entre les murs qui ressemble finalement plus à une pièce dont on peut ôter le toit qu’à un petit jardin. Un petit endroit au calme, caché quelque part dans le 104, un endroit pour se reposer après avoir fait le plein de créations artistiques.

Voilà, un samedi bien rempli.

 

Verre de vin entre 3,8 € et 4,8 €

Softs (smoothies, jus…) entre 4,5 € et 5,5 €

Formule midi 14 €

Brunch 21 €

Où ? Le 104 au 104 Rue d’Aubervilliers , XIXe et le Café Caché, quelque part au 104

Quand ? Du mardi au vendredi de 12h à 19h et les samedi et dimanche de 11h à 19h.

 

Soyez le premier à laisser un commentaire